43

ben voila ! la nouvelle planche…

pauvre samuel… il est tombé bien bas, ne trouvez-vous pas ? Y'a des gens comme ça, à force d'être seul ils finissent à la rue, se mettent à boire et construise leur propre monde.

J'en ai croisés pas mal en vrai sur Paris bien sur, mais récemment et de plus en plus aussi dans des villes de provinces… des sous préfectures ou y'a moins de 15000 habitants. Ce constat assez récent est le signe que la pauvreté progresse encore et toujours, une sorte de signal d'alarme pour les gens comme moi ou pas mal d'autre artistes … Comme si la vie allait devenir encore plus dure dans quelque temps…

Mettez vous à l'abri mes petits…

HOU… Mais je vous voit déja: “yanouch t'es marrant… on aimeraient bien… mais si tu croit que c'est facile…”

Alors là écoute bien petit internaute englué: ON A TOUJOURS LE CHOIX ! …. toujours…

Vous avez pas de solution pour sauver votre peau ?

Aussi avec prétention je vous recommande d'éteindre votre télé et de lire DEFOE…

Envoyez les couleurs !

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NonDerivatives Certains droits réservés.

5 commentaires

Kervel a dit :

On a toujours le choix… mais seulement quand on y a accès.

Exemples:

Si t'es en train de chier et qu'un mec ouvre la porte et te démoli la paillasse avec un poing américain, tu n'as le choix de rien.

Tu subis.

Quand ton géniteur t'abandonne, après avoir essuyé ses deux pompes sur la tronche de ta génitrice. Tu n'as aucun choix.

Tu subis.

Etc.. Etc… Etc…

La vie est une longue chute, le choix est une illusion temporaire.

18 août 2010

yanouch a dit :

merci kervel

mais je ne suis pas du tout daccord avec toi,

même assis sur les wc tu devrais pouvoir te défendre… non? ou au moins essayer ?

quand à ton second exemple, que le père soit un parfait salaud pourquoi pas, mais je ne vois pas en quoi ça ne permet pas de choisir sa vie.

sans doute il y a des situations ou on n'a plus le choix… mais c'est quand même pas courant

et puis subir c'est aussi un choix… rien ne t'oblige à subir quoi que ce soit, si ce n'est toi même

prenons l'exemple extrême d'une personne en prison quelque part au fond du cambodge, de l'iran, (de la france ?), bref là ou tout le monde s'en fou… elle a aucune chance de s'en tirer… mais elle a toujours le choix de se supprimer en refusant de s'alimenter, ou au contraire d' essayer de survivre en subissant les pires outrages et dans le fol espoir qu'elle va s'en sortir…

ok l'exemple n'est pas drole du tout mais je voulais faire fort pour qu'il n'y ai pas de surenchère…

reste la chaise électrique voir un bon vieux tsunami… oui c'est vrai dès fois on a pas le choix ! mais quand on en est là on peux toujours hurler son innocence ou sa culpabilité… voir se débattre et encore une fois essayer de sauver sa peau, dès fois qu'une bonne âme entendrait et déciderait d'arrêter le massacre.

18 août 2010

Kervel a dit :

Ouep, ça demanderai des débats plus poussés.

Mais à mon avis, tu confonds choix et possibilités. Si demain tu te réveilles avec un flingue dans la bouche, tu n'as le choix de rien. Tu as au mieux quelques possibilités anecdotiques de bouger vainement tes membres. Mais ce serait ridicule de considérer ces micro-décisions, qui n'ont strictement aucune influence sur l'issue de l'évènement, comme des choix.

Un choix, c'est idéologique, c'est une conception humaine, et donc, réglementé. Ce n'est pas un réflexe. Il doit nécessairement proposer une alternative viable à un problème X ou Y.

Et même en restant dans le domaine “large” du choix, tu laisses entendre (ou du moins je l'ai interprété de la sorte), qu'on a toujours le choix de prendre des décisions pour améliorer les choses, ce qui est un mensonge idéologique et doctrinal.

En tout cas, courage et bonne continuation.

19 août 2010

yanouch a dit :

ça ne me dérange pas de pousser le débat un plus loin au contraire… y'a de la place sur le serveur il parait et personne n'a ajouter de com….

donc je ne confond pas le choix et les possibilités car justement on choisi toujours entre plusieurs possibilités, c'est qu'en y'en a qu'une (possibilité) qu'on n'a plus le choix.

pour l'exemple du flingue qui lui aussi est extrême, je pense très sincèrement que tu as quand même le choix de tes actes, même si comme tu le dis l'issue reste d'être la même (en considérant que l'arme est chargée, que le mec est un tueur sans pitié, et entre nous quelqu'un qui veut te tuer n'attend pas de te réveiller pour le faire, s'il fait ça c'est par sadisme ou alors pour que tu avoue quelque chose… donc c'est pas forcement une issue fatale)

quand à la conception humaine, l'idéologie, je ne sais pas…, je ne manie pas bien ces concepts, mais je pense qu'un animal en fonction de son intelligence à sans doute aussi le choix entre plusieurs possibilité.

choisir n'est pas forcement apporté “une solution viable” ni une amélioration de la situation, on peut choisir par gout, par conviction…. et on a le droit aussi de “mal choisir” ou de “se tromper”

pour ce que j'ai dit sous ma page, concernant l'amélioration des conditions de vie des gens ( impasse sociale, financière…) c'est souvent par manque de recul et par isolement qu'on y arrive pas, mais le choix est bien réel on peut toujours choisir de s'en sortir (même si on y arrive pas au final…) ou de rester dans sa situation, faut du “courage” d'autant plus que les problèmes supportés sont importants.

le commun de l'homme est toujours d'essayer d'améliorer sa situation ou d'en retirer un bénéfice maximum (même l'abbé pierre ne faisait pas son job “gratuitement” comme ça par pur altruisme, le bénéfice personnel qu'il en retirait suffisait à le justifier) même quelqu'un qui se suicide essaye “d'améliorer sa situation” en refusant de souffrir davantage et je ne pense pas être un menteur en disant qu'on peut toujours choisir d'essayer d'aller mieux.

19 août 2010

Crazy_Cat a dit :

Moi il me manque juste la rue. ^^;

27 août 2010